La chasse de la bécasse au chien d’arrêt, une chasse de passionnés.

Les matinées de fin octobre lors des premiers coups de froid, les chasseurs de bécasse font leurs premières sorties toujours accompagné de leur fidèle compagnon à la recherche de la mordorée.

Dans les sous-bois des 4 coins de France, dans des biotopes très différents : montagne, pin, chêne,du houx, la belle des bois très rusée, peut se cacher n’importe où et fait tourner la tête de nombreux chasseurs au chien d’arrêt durant tout l’hiver.

Les matinées de fin octobre lors des premiers coups de froid, les chasseurs de bécasse font leurs premières sorties toujours accompagné de leur fidèle compagnon à la recherche de la mordorée.

Dans les sous-bois des 4 coins de France, dans des biotopes très différents, la belle des bois très rusée fait tourner la tête de nombreux chasseurs au chien d’arrêt durant tout l’hiver.

L’envie de récompenser le chien est là car sans chien, pas de chasse. Malheureusement le tir est souvent dans des conditions compliquées ce qui laisse toujours une chance à la bécasse de nous échapper, il y a toujours une part de chance. C’est ce qui en fait une chasse passionnante.

Lorsqu’on prélève une bécasse l’émotion est au rendez vous, voir le chien vous la rapporter cela n’a pas de prix. Des moments qu’on peut vivre qu’à la chasse.

Photo de Laurent Bernède
Photo de Laurent Bernède

À la fin de chaque session, les bottes ou les chaussures au coin du feu, câlin avec le chien sur le canapé en attendant la prochaine sortie, elle est quand même dur la vie de chien chasse 😅.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0